Dernièrement, nous avons poussé avec mon collègue Arthur la porte d’un commerce aux Eaux-Vives. Nous nous réjouissions de découvrir le produit phare de l’établissement et étions curieux de connaître les détails de sa conception. Travaillant dans le même quartier, nous avions également à cœur de nous présenter.

Un bonjour franc et décomplexé, un sourire, du dynamisme, de la joie d’exercer et de présenter ses produits, un établissement sain, bien tenu et une clientèle visiblement satisfaite et enjouée. J’ai quitté l’endroit sans avoir consommé quoi que ce soit, mais néanmoins avec la ferme intention d’y retourner. Sans même que je goûte un seul de ses mets, il a réussi à me convaincre de revenir. Impensable ! Et pourtant ... les 90 premières secondes sont toujours déterminantes.

Et c’est cela ; cette ambiance, cette symbiose client-prestataire, cette recherche du juste équilibre entre accueil chaleureux et « sur-joué » (ou trop souvent malheureusement le sous-joué…) qu’il faut viser, afin d’envisager, si ce n’est garantir, la pérennité de son établissement… C’est la première pierre de l’édifice, la clé de voûte de la réussite.

Je crois d’ailleurs que l’instant est venu de vous quitter, je m’en vais vérifier si l’émotion du premier contact se confirme dans l’assiette et le jeu des saveurs.

N’oubliez pas : « Good Morning… ». Pour ne pas tomber le rideau trop rapidement.

Lire la suite